Carnet de voyage Jerash

Histoire

Jerash, la cité romaine la mieux conservée du moyen orient est un incontournable de la Jordanie.

 

Jerash est l'une des villes romaines les mieux préservées de la Méditerranée orientale, située dans une vallée à environ 50 km au nord d'Amman. Jerash est le principal objectif d'un voyage dans le nord de la Jordanie. Avec ses édifices monumentaux et sophistiqués tempérés par des touches charmantes d'humanité, la ville antique est un incontournable de la Jordanie.

 

Brève histoire de Jerash


Jerash a une histoire longue et riche entre empereurs, envahisseurs et comme une grande partie de la Jordanie, un développement moderne après des siècles d'abandon.


♦ Jerash pendant l'antiquité. 
Situé dans les collines fertiles de Galaad, qui est souvent mentionné dans l'Ancien Testament comme étant une région peuplée et cultivée, la région de Jerash a attiré des populations depuis la préhistoire : des instruments paléolithiques et néolithiques ont été découverts à proximité, et des recherches archéologiques autour de la porte sud de la ville de Jerash ont révélé des preuves de colonisation remontant à l'âge de bronze (vers 1600 avant JC).
Gerasa (l'ancien nom de Jerash) a été fondée vers 170 avant JC, la ville relativement petite de cette époque était concentrée autour du Temple de Zeus et de la colline basse en face. Très peu de traces de cette période hellénistique subsistent encore aujourd'hui.


♦ Jerash pendant l'Empire Romain
Au moment de la fondation de Jerash, l'idée de la Décapole était apparue. Jerash et ses voisins de Decapolis ont été « libérés » par les Romains sous Pompée en 63 avant JC et ont bénéficié d’une autonomie relative sous l'autorité supérieure de la province de Syrie. Le siècle qui a suivi a connu une croissance et une stabilité sans précédent, et c'est au cours du premier siècle après JC que le plan de base de la ville tel qu'il est aujourd'hui a été établi : un axe nord-sud à colonnades coupé par deux rues latérales, ainsi qu'un temple de Zeus face à une place ovale, extension du temple d’Artémis et un Théâtre au sud.
En 106, lorsque l'empereur Trajan réorganisa l'autorité romaine dans la région autour de sa nouvelle province d'Arabie, Jerash perdit son autonomie et fut gouverné par la capitale provinciale, Bosra. Jerash a été reliée par une route secondaire entre Bosra et la mer Rouge, tandis que d'autres routes principales reliaient la ville à Philadelphie (Amman) et Pella. Jerash s'est donc retrouvée non seulement reliée à la capitale provinciale, mais également à cheval sur les routes commerciales très lucratives gardées par les Nabatéens. En 129–130, Jerash est devenu le centre de l'Empire romain au moyen orient. La visite d'Hadrien a inauguré un âge d'or pour la ville, et la population de Jerash est passée à 25 000 personnes à la fin du 2ème et au début du 3ème siècle.
Le désordre à Rome dans les années 190 a annoncé la fin du de l’âge d’or. Le commerce a été sérieusement affecté et à Jerash et le somptueux programme de travaux publics a été réduit.
Un changement radical s'est produit lorsque, en 324, le christianisme est devenu la religion officielle de l'empire oriental. Jerash a embrassé la nouvelle religion peu de temps après, et au cours des 5ème et 6ème siècle, des dizaines d'églises ont été érigées. Mais à la fin du 7ème siècle, la ville s'est effondrée à cause d'un travail de mauvaise qualité et d'un manque d'entretien. Les forces perses ont pu facilement occuper la métropole pendant une douzaine d'années à partir de 614.



♦ Jearsh àprès les Romains
Après la victoire musulmane sur les Byzantins en 636, on a longtemps émis l'hypothèse que Jerash était tombée dans un déclin sans précédent : une petite mosquée omeyyade et une poignée de fours étaient les seules preuves de la période islamique. Cependant, une fouille récente a révélé une grande mosquée de la période omeyyade et probablement la maison d'un gouverneur. Des fouilles sont encore en cours, mais Jerash a peut-être été plus forte et plus peuplée au début de la période musulmane qu'on ne le pensait. Néanmoins, un tremblement de terre en 749 semble avoir mis la ville à genoux, et pendant mille ans Jerash est restée déserte.

Au début du XIXe siècle, des explorateurs européens, dont Burckhardt, lors d'une visite de quatre heures, ont été emmenés par des bédouins locaux autour des ruines de Jerash. Depuis la nouvelle de la « découverte » de l'ancienne ville de Gerasa s'est rapidement répandue. Les recherches archéologiques à Jerash ont commencé et continué jusqu’à aujourd’hui, et il y a encore de vastes zones qui restent inéxplorées sous l'herbe.

Depuis deux siècles, un nouveau souffle pour la ville antique est venu d’une population inattendue. En 1879, dans le même processus de migration et de réinstallation qui a amené les colons circassiens dans les ruines désertes d'Amman, les autorités ottomanes ont ordonné aux Circassiens réfugiés de s'installer dans les ruines de Jerash. Il se sont installés dans ce qui aurait été les quartiers résidentiels romains sur la rive Est du fleuve. La ville a grandi et devenue maintenant la capitale de son propre gouvernorat d’d’environ 45 000 habitants qui s’étend sur les pentes à côté des ruines, avec toujours une population importante de Circassiens.

La Jerash d’aujourd’hui souffre économiquement de sa proximité avec Amman, Zarqa et Irbid, et est désespérément sous-financé : c’est essentiellement une ville paysanne, dépendant des revenus de la culture de l’olivier et du tourisme. Il y a une poignée de bons restaurants, mais nulle part où séjourner et rien à faire. Presque tous les touristes visitent Jerash sur une excursion d’une demi-journée, et pratiquement personne ne prolonge sa visite au-delà des ruines.

 

 


 


Course de chariot à Jerash

Jerash est la toile de fond d’une reprise du sport romain le plus connu, la course de chars, avec des spectacles chorégraphiés et des démonstrations de prouesses militaires romaines mises en scène dans l’Hippodrome restauré. 
RACE ("Armée romaine et Expérience de Chariots") organise les reconstructions, qui ont été basées sur des recherches approfondies menées par des universitaires et des passionnés, y compris des sommités comme le conseiller technique pour le film oscarisé Gladiator et un acteur italien qui a conduit des chars dans les années 1950 dans le film Ben Hur. Après avoir arpenté les hippodromes romains du monde entier, les experts ont choisi Jerash comme étant l’hippodrome le plus approprié, pour sa taille modeste, un bon état de conservation et un cadre bien préservé.
Les spectacles sont impressionnants, avec de la musique, des commentaires en anglais en direct et des décors historiques. Un casting complet avec des trompettistes, des légionnaires en robe de bataille romaine authentique, des gladiateurs armés d’épées et de tridents et, bien sûr, des charistes. Le tout est méticuleusement chorégraphié. Tous les costumes et les équipements ont été fabriqués en Jordanie, et toutes les personnes impliquées dans le spectacle sont des locaux de Jerash. 
RACE emploie une soixantaine d’habitants de Jerash à temps plein, en tant qu’acteurs et membres de l’équipe technique : pour cette raison, le projet mérite votre soutien. Pensez à synchroniser votre visite avec les heures de spectacle. 

 

 


 

Nos voyages à Jerash

Voir plus de trips

Concept

Choisissez

le programme qui correspond à vos envies de voyage

Personnalisez

votre voyage avec un expert local

Voyagez

en Jordanie dans les meilleurs conditions et sans intérmédiaires

Abonnez vous à notre Newsletter

Inscrivez vous et recevez nos meilleurs idées de voyage en Jordanie