Carnet de voyage Madaba

Madaba la ville mosaïque

 

La ville de Mabada, à 30 km au Sud-Ouest d’Amman, est surtout connue pour ses belles mosaïques byzantines conservées dans ses églises et ses musées. D’ailleurs l’impressionnante carte mosaïque du VIe siècle de la Terre Sainte est un incontournable des visites à Madaba. Mais elle n’est pas la seule, les rues étroites de la ville, parsemées de vieilles maisons en pierre ottomane, conduisent à beaucoup plus d’exemples, notamment la magnifique et complexe mosaïque de l’église des Apôtres ainsi que les mosaïques du mont Nebo, le sommet où Moïse regardait la Terre Promise. Madaba peut être aussi une base idéale pour deux ou trois jours d’exploration du Nord de la Jordanie. Madaba est proche d’Amman, de la mer Morte et du site de baptême de Jésus, et est à seulement 18 km de l’aéroport international Queen Alia. Madaba peut être une alternative intéressante à Amman pour ceux qui souhaite éviter la capitale.

 


 

Brève histoire de Madaba
 

L’histoire de Madaba remonte plus loin que vous ne pouvez l’imaginer, au-delà de ses mosaïque byzantines.
 

Madaba pendant l’antiquité

Madaba est d’abord mentionné dans l’Ancien Testament comme ayant été conquise, avec le reste du pays de Moab, par les Israélites. La ville a été reprise par Moab au milieu du IXe siècle av. J.-C. par le roi Mesha, à ce moment-là le prophète israélite Isaïe est apparu. Après quelques agitations pendant la période hellénistique, passant des mains grecques au juif et aux nabatéen c’est pendant la période romaine que la ville a connu l’ordre et la prospérité. Au troisième siècle après J.-C, Madaba frappait ses propres pièces.

 

Le christianisme se répandit rapidement et en 451 Madaba avait son propre évêque. Les mosaïstes étaient à l’œuvre dans et autour de la ville depuis bien avant les années 390, mais l’art de la mosaïque a vraiment commencé à fleurir à Madaba sous le règne de l’empereur Justinien (527-65). Vers la fin de ce siècle, Mgr Serge a supervisé un âge d’or de l’accomplissement artistique de Madaba dont on en retrouve aujourd’hui les mosaïques survivantes : celle de la cathédrale (576), de l’Église des Apôtres (578), de l’Église de Mgr Serge à umm ar-Rasas (587), de la Crypte de Saint Elianos et de l’Église de la Vierge de Madaba (tous deux 595) et de l’Église commémorative de Moïse sur le mont Nébo (597), ainsi que la célèbre carte mosaïque de la Terre Sainte, toutes datent de son mandat. Lorsque les armées perses passèrent en 614, suivies de près par les musulmans, Madaba se rendit sans combattre et conserva ainsi son identité chrétienne et sa population. Des églises ont été construites et des mosaïques étaient posées pendant encore cent ans ou plus. Une mosaïque découverte à umm ar-Rasas mentionne un évêque de Madaba datant de 785.

 

Madaba pendant les temps modernes

Madaba a été abandonnée pendant la période mamelouke et ses ruines sont restées intactes pendant des siècles. En 1879, le conflit entre les tribus chrétiennes et musulmanes de Kerak a conduit à l’exil volontaire de quatre-vingt-dix familles catholiques et orthodoxes. Ils sont arrivés à Madaba, ou ils ont revendiqué les terres environnantes et ont commencé à les cultiver. Les autorités ottomanes de Damas les ont acceptés, mais n’ont pas autorisé la construction de nouvelles églises.

C’est en 1884, lors des travaux d’aménagement d’une nouvelle église, que la remarquable carte mosaïque de Madaba de la terre sainte a été découverte, suivie de près par de nombreuses autres mosaïques qui se trouvait dans les églises et les maisons de toute la ville. Des érudits et des archéologues sont arrivés du monde entier, et leurs recherches révèlent encore régulièrement des mosaïques et des vestiges du passé sous les rues du centre-ville moderne.

 

De nos jours, l’équilibre social et religieux de la ville change, les projets d’urbanisation ont amené des dizaines de milliers de familles musulmanes à migrer des villages voisins pour occuper les banlieues de Madaba. Bien que les chrétiens, grecs orthodoxes, catholiques et autres confessions représentent encore l’écrasante majorité des habitants du centre-ville (à plus de 95%). La population chrétienne totale de Madaba est aujourd’hui d’environ 14 000 habitants dans une grande municipalité qui a dépassé les 120 000 habitants.

 


 


Les mosaïques de Madaba
 

Des centaines de mosaïques posées au sol en pierre ont survécu en Jordanie, du premier siècle av. J.-C. comme celle du palais d’Hérode à Mukawir (aujourd’hui exposé à Madaba jusqu’au VIIIe siècle après J.-C., lorsque les mosaïstes chrétiens étaient encore à l’œuvre sous le califat musulman.

Des styles spécifiques ont été utilisés pour les lieux de culte et pour les bâtiments civils, qu’il s’agisse de bains publics, de demeures privées ou de palais et de pavillons de chasse des Omeyyades. Pendant le règne de l’empereur byzantin Justinien, par exemple, les motifs classiques était populaires : de nombreux bâtiments ont été décorés avec des scènes prises de la mythologie grecque et romaine. Les églises ne pouvaient pas être décorées avec les mêmes dessins païens, mais en plus des inscriptions dédicatoires enregistrant les noms des évêques et des bienfaiteurs, et des symboles chrétiens tels que l’agneau et le poisson, des personnifications de la mer, de la terre et des saisons sont apparues sur les sols des églises dans tout le Jourdain. Ces mosaïques d’église ont servi à éblouir les visiteurs de la maison de dieu et à les enseigner picturalement sur les événements de la Bible à une époque d’analphabétisme presque universel. Les nombreuses représentations des bâtiments et des grandes villes peuvent également avoir servi de cartes.


Les mosaïques sont travaillées à partir de livres de motifs compilés dans les centres culturels régionaux, surtout à Constantinople. L’un des résultats de ce patrimoine artistique commun est la prédominance des scènes pastorales, qui, dans les provinces comme la Transjordanie, représentaient également la réalité de la vie agricole quotidienne. Les vignettes de canards, de bateaux et de poissons sont les représentations de la vie sur le Nil. Les scènes de chasse, mettant souvent en vedette des lions, des léopards et d’autres créatures extraordinaires, sont né de la pratique romaine de capturer des bêtes sauvages pour les sports d’amphithéâtre. En outre, les mosaïstes transjordaniens ont dépeint en détail une encyclopédie de la flore et de la faune locale.

Cependant, la controverse des VIIIe et IXe siècles concernant la représentation des peuples qui faisaient rage à travers byzance et transjordanie, a conduit à la défiguration de nombreuses mosaïques. Ce qui était attaqué au fond, était le polythéisme. Pendant des siècles, les chrétiens d’Orient vénéraient les images religieuses dans la peinture, la pierre et la mosaïque. En 726, l’empereur Léo III interdit l’utilisation d’icônes dans le culte. En Transjordanie, sous le contrôle omeyyade, un mouvement parallèle au sein de l’Islam a eu autant d’impact. Le prophète Mohammed aurait enseigné que dieu est le seul créateur; interprétant cela comme quoi la « création » humaine d’images de créatures vivantes était blasphématoire, le calife omeyyade Yazid II (719-24) a publié une directive visant à détruire toutes les représentations de personnes et par extension d’animaux dans tout l’empire musulman. Les mosaïstes de Transjordanie n’avaient d’autre choix que d’effacer avec des pierres blanches toutes les images de personnes et d’animaux dans les mosaïques existantes. Beaucoup de mosaïques de la Jordanie ont des nuages de brume suspendue au-dessus de ce qui étaient autrefois des portraits. Certaines mosaïques ont survécu indemnes en ayant été enterrées, d’autres ont évité le conflit en restant studieusement abstraits. Après 120 ans de controverses, l’interdiction chrétienne a été annulée, mais l’injonction musulmane est restée et s’applique encore aujourd’hui.

Jusqu’à aujourd’hui, Madaba maintient sa tradition de mosaïque. A côtés du parc archéologique du centre-ville se trouve l’Institut de Madaba pour l’art et la restauration de la mosaïque, où les étudiants apprennent à restaurer des mosaïques anciennes ainsi qu’à créer leurs propres œuvres. Plusieurs ateliers sont en activité et que les touristes peuvent visiter et voir les artisans l’œuvre.

 

 



Excursions autour de Madaba
 

Il y a quelques belles possibilités d’excursions, grâce au paysage riche en canyons, gorges, vallées et collines autour de Madaba, Mukawir et les sources thermales ma’in notamment des activités d’aventure dans les montagnes et la campagne de Madaba avec des rencontres avec des familles locales. Une occasion unique de goûter à la vie rurale à la cuisine authentique.

 

Randonée et canyoning à Madaba

Les sentiers sont en majorité relativement courts et faciles, en bas Wadi Wala ou Wadi Kerak.

Mais il y a aussi de longues et difficiles randonnées en canyoning à Wadi Manshala, Wadi Mukheiris , le canyon arc-en-ciel de Wadi Qseib et d’autres. Le mieux c’est de partir avec un guide Local.

La plupart des excursions sont d’une journée, entre six à douze heures de marche, canyoning, natation à travers les piscines naturelles et les chutes d’eau.

Les prix sont assez chers pour ces excursions et gardez à l’esprit que le terrain est souvent difficile dans des gorges étouffantes ou les températures peuvent monter en flèche et la déshydratation peut frapper même les marcheurs les plus expérimentés.

L’hôtel Evason Ma’in propose également des randonnées plus courtes, sur les falaises autour de la vallée des sources thermales. Contactez-les pour plus de détails.

 

Velo et VTT à Madaba

Les collines autour de Madaba sont également parfaites pour le vélo et le VTT. Plusieurs itinéraires sont possibles la fois sur route et en dehors, y compris des itinéraires de Madaba au mont Nebo ou Mukawir, ainsi que des promenades faciles jusqu’à la mer Morte et une demi-journée à explorer les champs de dolmen.

 


 

Nos voyages à Madaba
 

Voir plus de trips

Concept

Choisissez

le programme qui correspond à vos envies de voyage

Personnalisez

votre voyage avec un expert local

Voyagez

en Jordanie dans les meilleurs conditions et sans intérmédiaires

Abonnez vous à notre Newsletter

Inscrivez vous et recevez nos meilleurs idées de voyage en Jordanie