Carnet de voyage Dana

Dana, la plus grande réserve naturelle de Jordanie

Dana est la plus grande réserve naturelle de Jordanie, couvrant quelque 320 kilomètres carrés de montagnes et de Oueds le long de la vallée du Grand Rift. Des dunes à l’ouest aux sommets frais des montagnes à l’Est, la réserve biosphère de Dana abrite une grande variété d’animaux sauvages. Il y a des plantes et des animaux caractéristiques du vrai désert, des forêts méditerranéennes et des plaines sèches de Russie. En fait, Dana est un Brassage d’espèces de trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Une telle combinaison de communautés naturelles dans une seule région est unique en Jordanie et beaucoup d’animaux et de plantes de Dana sont très rares. À ce jour, un total de 700 espèces végétales, 190 espèces d’oiseaux, 37 espèces de mammifères et 36 espèces de reptiles ont été recensées dans la réserve, dont 25 sont connues pour être en voie de disparition, dont le chat des sables, le loup syrien et le lézard à queue épineuse. Sans protection, certaines espèces pourraient disparaître pour toujours, ce qui fait de la réserve de Dana un lieu d’importance mondiale.

 


 

Brève histoire de Dana

Dana est unique, non seulement en Jordanie, mais dans tout le Moyen-Orient. La réserve est aujourd’hui le terrain d’un programme positif et visionnaire combinant recherche scientifique, reconstruction sociale et tourisme durable. Pendant la majeure partie du XXe siècle, Dana était une simple communauté agricole prospère sur un climat tempéré, trois sources abondantes et un bon pâturage ; en effet, certains habitants avaient auparavant quitté Tafileh pour une vie meilleure dans le village. Mais au fur et à mesure que la Jordanie se développait et que le niveau de vie général augmentait, un nombre croissant de villageois se sentaient isolés dans leur montagne dans des chalets en pierre ottomans. Certains ont déménagé à la fin des années 1960 pour établir un nouveau village, Qadisiyyeh, sur la route principale Tafileh-Shobak, avec un accès à l’électricité et l’eau plus simple. Rapidement Dana a commencé à se vider de ses habitants. La construction de l’énorme cimenterie Rashdiyyeh à proximité au début des années 1980 a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : avec des emplois bien rémunérés, la plupart des habitants ont vu le trek quotidien de Dana à l’usine comme inutile, et presque tout le monde a déménagé à Qadisiyyeh.
 

Dana a été semi-abandonnée pendant une décennie ou plus, sa poignée d’agriculteurs pauvres ne pouvaient plus concurrencer sur les marchés locaux avec les grandes exploitations agricoles. C’est ce qu’un groupe de douze femmes d’Amman a découvert au début des années 1990 alors qu’elles traversaient le pays pour cataloguer les vestiges de la culture traditionnelle. Réalisant les privations auxquelles sont confrontées certaines des personnes les plus pauvres de Jordanie, ces « Amis de Dana » se sont lancés dans un projet de rénovation et de revitalisation du tissu du village sous les auspices de la Société royale pour la conservation de la nature. L’électricité, les téléphones et l’approvisionnement en eau ont été étendus au village et 65 chalets rénovés. Les gens ont commencé à revenir vers Dana. Le RSCN s’est rapidement rendu compte du potentiel du Wadi Dana pour la recherche scientifique. Dans le cadre d’un projet financé en partie par la Banque mondiale et l’ONU, ils ont transformé la zone en réserve naturelle protégée et construit une petite station de recherche à côté du village.


La poursuite du pâturage par des milliers de chèvres, de moutons et de chameaux domestiqués ne pouvait être conciliée avec la nécessité d’une protection de l’environnement et, non sans controverse. Des études ont été entreprises pour créer des opportunités durables pour les villageois afin de gagner leur vie dans la réserve en harmonie avec l’environnement. La solution ingénieuse est venue en redirigeant les cultures traditionnelles du village vers un nouveau marché. Les agriculteurs de Dana produisaient leurs olives, figues, raisins, autres fruits et noix comme auparavant, mais ils vendaient tout au RSCN, qui employait les villageois pour transformer ces cultures en produits commerciaux, tels que les confitures biologiques et le savon à l’huile d’olive pour la vente directe à des consommateurs relativement riches et soucieux de l’environnement, jordaniens et étrangers. Les herbes médicinales ont été introduites comme produit commercial pour aider à la reprise économique, et le dernier résident de Dana qui maitrisait la poterie traditionnelle a été encouragé à enseigner son métier à une jeune génération.


En 1996, le RSCN a lancé le tourisme à faible impact dans la réserve, avec une maison d’hôtes de style traditionnel à côté des bâtiments de recherche. Les villageois locaux ont été employé avec les chercheurs scientifiques et ont été formé aux métiers d’hôtelier et de guides. Depuis Dana est devenue connue comme une destination touristique responsable et les habitants ont ouvert de petits hôtels économiques dans le village. Un camping a été établi dans les collines de Rummana, et en 2005, le RSCN a ouvert un « écolodge sauvage » à l’extrémité inférieure et Ouest de la réserve de Feynan, tous deux construits et dotés en personnel par la population locale. Avant même les rénovations de 2012, Dana recevait 100 000 visiteurs par an, dont environ un quart passaient au moins une nuit, contribuant ainsi directement à l’économie du village et attirant de plus en plus l’attention sur la façon dont le tourisme durable peut bénéficier aux populations rurales.

 


Le village de Dana 

La région du village de Dana, surplombant le Wadi Dana, est occupée depuis environ 4000 av. J.-C. Les preuves archéologiques indiquent que les civilisations paléolithique, égyptienne, nabatéenne et romaine ont été attirées vers la région pour son sol fertile, ses sources d’eau et son emplacement stratégique. Aujourd’hui, le village de Dana est habité principalement par des clans de la tribu « Al Ata’ata », qui se sont installés dans la région pendant la période ottomane, il y a environ quatre cents ans, et ont construit le village actuel. Au fil des ans, de nombreuses familles du village de Dana se sont installées dans le village voisin de Qadissiya, à la recherche de meilleurs emplois, écoles et logements. Le village de Dana a été presque abandonné, mais grâce aux efforts de collecte de fonds des Amis de Dana, un groupe de femmes à Amman, plus de 70 maisons traditionnelles en pierre ont été restaurées, permettant à certaines familles de rester dans le village. Aujourd’hui Dana est devenue le centre de projets soutenus de rénovation et de réaménagement. Avec le financement récent du programme usaid du gouvernement américain, Dana est positionnée comme la plaque tournante pour le développement de l’écotourisme dans le Sud de la Jordanie. Le village est toujours en reconstruction, de nouvelles infrastructures sont mises en place pour le biotraitement de l’eau, de l’électricité et des eaux usées, des rues et des chalets reconstruits, ainsi que de nouveaux parcs et aires de jeux. L’accent est mis sur le maintien du caractère jordanien du village, à la fois pour attirer le tourisme local et pour créer une base pour un tourisme international durable et respectueux de l’environnement. Plusieurs des chalets en pierre sont en cours de rénovation en tant que simple hébergement indépendant, qui seront géré par la coopérative du village. Il y a aussi des projets pour un café-restaurant, un petit musée et un centre d’accueil, quelques boutiques de style souk et même, un hôtel de luxe de style boutique à faible impact environnemental.
 

 


Le village de Feynan 

Le paysage spectaculaire de la région de Feynan et les communautés qui y vivent, accueillent une histoire extraordinaire.  Alors que la recherche est toujours en cours, on peut dire que Feynan a l’une des plus longues séquences de peuplement humain dans le monde.  Feynan abrite certaines des premières communautés de l’humanité et est l’un des centres les plus anciens et les plus importants de l’exploitation soutenue du cuivre dans le monde antique, et l’un des mieux préservés en raison du manque d’exploitation minière moderne.
 

 


Réserve biosphère de Dana

Le village de Dana surplombe la réserve de biosphère de Dana, une immense étendue sauvage de 320 kilomètres carrés de terrain autour de l’époustouflant Wadi Dana en forme de V. C’est un site idéal pour la randonnée.
Le parcours de la réserve descend de 1500 m au-dessus du niveau de la mer à Dana jusqu’en dessous du niveau de la mer à l’Ouest de Feynan. 

Sa géologie passe du calcaire au grès. Des écosystèmes allants des montagnes bien arrosées, des forêts de chênes et de genévriers et un désert aride. La liste de la flore et de la faune résidente est vertigineuse : Divers types d’aigles, de faucons et de vautours, de coucous, de hiboux, de rosier du Sinaï, des chats sauvages, des caracals, des hyènes, des chacals, des blaireaux, des renards, des loups, des lièvres, des chauves-souris, des hérissons, des porc-, des bouquetins, des serpents, des caméléons, des lézards, des crabes d’eau douce et bien d’autres. Coté flore jusqu’à présent plus de sept cents espèces végétales ont été enregistré dont trois plantes inconnues à la science.

Une fois que vous arrivez à Dana, cela vaut la peine de s’arrêter à Dana Guest house gérée par RCSN, que vous y séjourniez ou non, à la fois pour la vue depuis leur terrasse (Des jumelles sont disponibles si vous souhaitez observer des oiseaux) et pour obtenir des informations de première sur les promenades de la réserve et la faune auprès des experts locaux. Gardez à l’esprit que vous devez tout réserver à l’avance. Cela dit, il y a quelques sentiers qui ne nécessitent pas de guide. 
Dana est le point de départ d’une série de promenades et de randonnées à travers l’une des plus belles aires protégées de Jordanie.

 

 



Nos voyages à Dana

 

Voir plus de trips

Concept

Choisissez

le programme qui correspond à vos envies de voyage

Personnalisez

votre voyage avec un expert local

Voyagez

en Jordanie dans les meilleurs conditions et sans intérmédiaires

Abonnez vous à notre Newsletter

Inscrivez vous et recevez nos meilleurs idées de voyage en Jordanie